• Vous êtes nostalgiques des festivals d’été et vous êtes en manque de soleil, n’attendez plus pour réserver votre billet pour Jazz à Nouméa.

     

    Jazz à Vienne, musical productions et le centre culturel tjibaou présentent cette première édition de ce tout nouveau festival qui se déroulera le 6 et 7 décembre prochain au centre culturel Tjibaou et qui accueillera le légendaire Manu Dibango et son soul makossa gang, le groupe originel du cubain Compay Segundo, le batteur Manu katché, le nouveau projet de Sandra Nkake sans oublier, nos artistes locaux qui se produiront durant ces deux jours.

  • Jazz à Nouméa - la programmation

    Les 6 et 7 décembre prochains se tiendra le premier festival Jazz à Nouméa au centre culturel Tjibaou.

    Grupo Compay Segundo

    Pour la première fois en Asie/Pacifique pour présenter le nouveau spectacle "la légende de Chan Chan" et célébrer les 110 ans de la naissance de Compay Segundo ainsi que les 60 ans du groupe.

    Véritable virtuose des notes et des mots, Compay Segundo est devenu une légende à Cuba et a marqué les scènes musicales du monde entier.

     

    Cigare aux lèvres, panama sur la tête, Compay Segundo domptait l'armonico comme personne (Guitare à sept cordes qu'il a créée).

    Après la disparition de ce dernier en juillet 2003, Salvador Repilado, son fils, contrebassiste à ses côtés, a pris la direction de son orchestre. Il participa avec son père et Hugo Garzon au projet Buena Vista Social Club. Et leur chanson Chan Chan est depuis l'extrait majeur de ce projet.

     

    Ambassadeurs officiels de la musique Cubaine dans le monde, ils portent haut et fort les couleurs du "SON" et de la musique traditionnelle Cubaine.

    Dès lors, le Grupo ne cesse de parcourir le monde en continuant de captiver tous les publics, accompagnant aussi des artistes légendaires tels que : Omara Portuondo, Eliades Ochoa, Charles Aznavour, Teresa Garcia Caturla, Isaac Delgado, Lou Bega...

    " Macusa ", Saboroso ", " Anita ", " las Flores de la Vida ", et le mythique hymne de " Chan Chan ", titre emblématique composé par Compay et repris par toutes les formations du genre à travers le monde, autant de chansons que les neuf musiciens du Grupo Compay Segundo, vous offrirons dans un show empli de générosité et haut en couleur.

     

    Un spectacle que tous les aficionados du " Son " Cubain ne sauraient manquer !

    Vendredi 6 décembre 2019

    Distribution

    Salvador Repilado Labrada (Direction et contrebasse )

    Félix Martínez Montero (Armónico et chœurs)

    Hugo Garzón Bargalló (Première voix et Maracas)

    Nilso Arias Fernández (Deuxième voix et Guitare)

    Rafael Inciarte Rodríguez (Direction musicale et chœurs)

    Haskell Armenteros Pons (Clarinette et chœurs)

    Rafael Inciarte Cordero (et Clarinette basse)

    Rafael Fournier Navarro (Percussions et chœurs)

    Yoel Matos Rodriguez (Guitare et chœurs)

    Manu Katché - The Scope

    Manu Katché a été formé au Conservatoire de musique mais il vient naturellement du rock. L’as des baguettes a beaucoup écouté de jazz mais il
    n’en a finalement pas tant joué. Les pistes musicales se brouillent encore lorsque l’on entre dans son 10ème album, The ScOpe. Car avec ce
    nouveau disque, Manu Katché réunit les racines du groove et la modernité des machines. La pochette signée Arno Lam le présente d’ailleurs cadré de profil, « un profil africain », précise Manu - l’Afrique est le fil musical subtil du CD.


    Mais cette statue sensuelle, visage de sel éclairé au néon laser, est prête à s’enflammer, puisque Manu Katché vient aussi de la danse, il l’a pratiquée enfant, il danse dans les clubs, « et puis, jouer de la batterie, c’est utiliser ses quatre membres », analyse-t-il. La batterie est donc au coeur de The ScOpe, un album électro charnel et céleste, frénétique, un chapitre de rupture ou plutôt de prolongement, de plaisir et de renouvellement, ajouté à sa discographie d’expert sollicité entre autres artistes, par Sting, Peter Gabriel, Véronique Sanson.


    Les complices de toujours ou les nouveaux arrivants forment le quartet de The ScOpe: Jérôme Regard (basse), Patrick Manouguian (guitare) et Jim Henderson (claviers), producteur de musiques électroniques, invité par Yael Naïm à remixer « Older ». C’est sous son vrai nom, Elvin Galland, que le pianiste et compositeur de 26 ans a réalisé The ScOpe.


    Le disque rassemble des polaroïds, des pensées, des mantras.

    Avec The ScOpe, Manu Katché passe ses émotions au microscope, il analyse l'alchimie

    des sons d’une façon pointilleuse et sonde les êtres en profondeur, tendu vers le même élan d’harmonie musicale et spirituelle.

    Let’s ScOpe it !

    Vendredi 6 décembre 2019

    Sandra Nkaké - "ELLES"

    Concert acoustique unique autour de chansons écrites et composées par des femmes.

    Poésie et combat à travers une musique folk aérienne. Raconter en musique, avec douceur et poésie le combat des femmes du monde pour leur égalité est le cœur de ce voyage musical inédit et acoustique présenté en exclusivité.

     

    Voix majestueuse et inclassable, lauréate aux Victoires du Jazz 2012, la compositrice et chanteuse Sandra Nkaké a choisi pour ce nouveau voyage un écrin raffiné où les volutes de la flûte traversière et les transes du violoncelle se croisent sa voix aux multiples couleurs pour créer une musique inventive, organique dessinant un monde onirique puissant mêlant jazz, soul et chansons. Un moment unique de sensibilité, de chansons, d’épure musicale et d’inventivité.

    Samedi 7 décembre 2019

    Distribution

    Sandra Nkaké - chant, guitare

    Jî Drû - flûte traversière, chœurs

    (en cours de distribution) - violoncelle, chœurs​

    Manu Dibango & Soul Makossa Gang

    Qui sait ? S’il n’était pas né sous le signe du sagittaire, peut-être n’aurait-il jamais eu un tempérament de nomade et le goût de l’aventure. Expédié en Europe dès l’âge de quinze ans, il serait revenu bardé de diplômes.

     

    Touché par la grâce musicale dès ses premières années dans le temple protestant, le petit Manu entre Paris et Bruxelles, au gré des maîtres qu’il se découvre (Armstrong, Ellington, Young, Parker...), des errances dans des lieux où le Jazz déchire voluptueusement les nuits, et des rencontres de hasard, va se forger une âme de musicien.

     

    Quand dans l’effervescence de l’Afrique des indépendances, le grand chanteur Kabasele débarque du Zaïre à Bruxelles et lui propose de rejoindre son groupe “L’African Jazz” pour jouer la musique congolaise, Manu relève le défi. Il participe alors à une quarantaine de disques, puis en tournée du côté de Kinshassa. Un étape déterminante.

     

    Une idée germe peu à peu au fil de sa vie de musicien reconnu : inventer un patchwork tissé de conversations riches et fougueuses entre le jazz et les musiques africaines. Electrique par nature, les oreilles en alerte, en état de veille constant, à l’écoute des sons de son époque -dès 1972, avec SOUL MAKOSSA, premier tube francophone à faire chavirer les States-, Manu va prendre un malin plaisir à détruire les chapelles musicales, bâtir des ponts entre les continents et jeter des passerelles entre la tradition et les sons du futur.

     

    Premier en France à défricher le terrain sur lequel la vague africaine prit ses aises, il enchaîne tournées et albums avec un enthousiasme jubilatoire et chaleureux, s’engage dans des combats humanitaires. Donne un coup de pouce aux jeunes talents. S’emploie à mettre sur partitions les musiques d’Afrique et trouve même le temps d’écrire son autobiographie.

     

    L’heure du bilan ? Certainement pas. A 81 ans et au début de sa 9ème décennie, Manu Dibango n’est pas prêt de raccrocher son sax shaker.

     

     

     

    Texte écrit par Patrick LABESSE

    Samedi 7 décembre 2019

  • MusiCAL Productions

    En partenariat avec

    Jazz à Vienne

    Créé en 1981

    Depuis sa création en 1981, sous l’impulsion de Jean-Paul Boutellier, le Festival Jazz à Vienne célèbre l’univers du jazz durant les deux premières semaines de juillet.

    Chaque année, ce sont plus de 200 000 festivaliers qui viennent à la rencontre des 1 000 artistes se produisant sur les 4 scènes.

     

    Le Théâtre Antique, édifié au 1er siècle, est le lieu emblématique de Jazz à Vienne. Son acoustique singulière mêlée à l’empreinte de l’histoire offre un cadre exceptionnel pour le public et les artistes de renommée internationale qui s’y produisent. Réel mélange entre modernité et ancien, métissage musical sincère, le festival riche de sa diversité se veut pluriel et ouvert à tous.

     

    >>> www.jazzavienne.com

    Centre culturel Tjibaou

    agence de développement de la culture kanak

    Sur un terrain de 8 hectares cédé en 1992 par la ville de Nouméa, le centre culturel Tjibaou dessiné par l’architecte Renzo Piano est inauguré le 4 mai 1998.

    Outil privilégié de l’ADCK, il est un lieu d’affirmation identitaire et un espace de rencontre et de création culturelle.

    Par sa configuration originale, où l’on trouve en un même lieu un centre d’art, un musée, une salle, des espaces de spectacle et une bibliothèque spécialisée, le centre culturel Tjibaou propose une multiplicité d’offres culturelles. Selon ces offres, il voit ses publics varier quantitativement et sociologiquement au rythme de ses actions.

     

    >>> www.adck.nc

    L'AFMI

    Association de formation de musicien intervenant

    En matière de formation et de développement culturel, les provinces ont fait preuve d’un engagement sans précédent.

    De ce fait, elles ont engagé au cote du Conservatoire de Musique et de Danse de la Nouvelle-Calédonie des budgets conséquents auprès de structures associatives liées à cette activité.

    Elles portent un regard attentif sur les actions menées sur le terrain.
    La dynamique créée autour de ces actions rayonne maintenant sur l’ensemble du territoire.

    En effet, notre association se voit confier, sous forme de conventionnement de partenariat d’enseignement avec le Conservatoire de Musique et de Danse de la Nouvelle-Calédonie, l’ouverture d’antennes d’enseignement musical de proximité.

    Ainsi, les antennes de PAITA, LA FOA, BOULOUPARIS et WE-LIFOU ont vu le jour en 2006.

    Nous gérons, sous couvert du Conservatoire, toute la logistique de ces antennes (personnel, inscriptions, gestion). Par ailleurs des structures privées nous confient la gestion de leurs activités (Mêrê â gâârâ, etc.).

     

  • Nos partenaires

    Pour mettre la musique au centre de la vie culturelle des Calédoniens.